Radical Face

Radical Face

Label
Nettwerk Records
Pays
États-Unis
BOOK NOW

Quelque part au-delà de notre monde, il existe un endroit où les jeunes filles marchent sur l’eau en dormant, où les sorcières des forêts guérissent les malades et où une famille âgée a le pouvoir de communiquer avec les morts. C’est ici, parmi les arbres tordus et les villes-usines abandonnées, que la musique de Radical Face s’érige, un royaume où la fantasmagorie et les fables ne font plus qu’un. C’est un univers créé par le musicien aux multiples facettes, Ben Cooper, qui crée des albums comme un auteur écrit un tome, exaltant des récits subtils dans le style fantastique où réalisme magique avec une bande-son de guitare retentissante, d’instruments à cordes qui se superposent et de rythmes syncopés.

«J’ai toujours voulu écrire un livre», déclare Cooper, « j’ai été attiré par ‘À l’est d’Eden’ de John Steinbeck et ‘Cent ans de solitude’ de Gabriel Garcia Marquez, ces sagas de familles multigénérationnelles dans lesquelles vous voyez comment la vie d’une personne affecte la lignée familiale.» À 19 ans, il a écrit deux livres, mais les deux ont été perdus dans le bug d’un disque dur cataclysmique. Au lieu d’abandonner, il s’est tourné vers la musique. «Je me suis dit: pourquoi ne pas les enregistrer? Il pourrait y avoir un groupe de personnes, et nous suivons leurs lignées (…) et au lieu de transmettre des traits génétiques, nous pourrions transmettre des schémas mélodiques qui mutent avec chaque génération. »
Le natif de Jacksonville, en Floride, s’est lancé dans une série d’albums « arbre généalogique », retraçant les vies fantastiques d’une famille du XIXe siècle, dont le sang coule avec des capacités spéciales allant de la vision des esprits à la réanimation des morts. Leurs secrets les lient ensemble, une flamme chaude contre un monde dur. «Quand j’ai commencé, je pensais faire trois EP, mais ça s’est enfui avec moi. Je ne savais pas que je m’engageais pour un projet de huit ans.» Le dernier opus, The Family Tree: The Leaves (paru en mars 2016), poursuit le récit de la couvée surnaturelle en offrant un son poli entièrement conçu par Cooper qui joue presque tous les instruments de l’album. Son éthique « do-it-yourself », qui s’est forgée au tout début avec un quatre titres dans le dos de ses proches, a évolué pour devenir un album orchestré luxuriant avec son petit ami, Josh Lee, aux cordes.

«Le premier disque, The Roots, commence le plus petit. Les paroles étaient toutes des narrations verbales et se concentraient sur de petits sons, un tom au sol, une guitare acoustique et un piano » « Ensuite, chaque disque devient plus large plus large et s’allonge. » La deuxième, The Branches, était entièrement consacrée aux lettres et la troisième, The Leaves, était plus cinématographique. C’est une période de films et de photographies. « 

EN TOURNÉE

Hard of Hearing

Welcome Home