Plague Vendor

Plague Vendor

Pays
États-Unis
BOOK NOW

Lorsque Plague Vendor était sur le point de réaliser son nouvel album By Night, a paraître le 7 juin 2019, le chanteur Brandon Blaine ne savait pas exactement comment celui-ci devait sonner, mais il savait à quoi il devait ressembler. «Une maison en ruine mais illuminée comme une folle», déclare-t-il six mois après avoir achevé un disque reflétant exactement ce sentiment de ruine et de régénération, de charisme et de catastrophe plein d’électricité pure. Là où BLOODSWEAT en 2016 s’est terminé par un « à suivre… »  et Blaine criant «Romance!» dans le silence, By Night se termine par une seconde de bruits et de commentaires. C’est une fin parfaite pour une poussée d’adrénaline d’un disque qui demande: « Qu’est-ce qui vient de se passer? »

Plague Vendor est déjà habitué à transformer un rien en quelque chose. C’est un espèce d’endroit où le seul moyen de faire en sorte que les choses se fassent est de le vouloir ! Une travail dur mais irréprochable et une énergie physique sur scène remarquable ont fait gagner au groupe une base de fans féroces, un premier album éblouissant et une place de choix dans le roster de Epitaph Records. Quand ils ont appelé cet album BLOODSWEAT, ils se sont peut-être contentés d’expliquer ce qu’il a fallu pour le réaliser. (Ou ils auraient simplement pu parler de ces concerts.) Quand ils sont retournés dans le studio à la fin de l’été 2018, ils étaient prêts à faire quelque chose de nouveau.

Ils ont passé onze jours bloqués aux légendaires studios hollywoodiens EastWest (Brian Wilson, Ozzy Osbourne, Iggy Pop) avec le producteur de St Vincent / Chelsea Wolfe, John Congleton, tous les visiteurs étant bannis et toute distraction éliminée (un parent proche a été autorisé une fois.) Ils ont eu l’instinct de retarder les séances jusqu’à ce qu’ils sachent qu’ils pourraient obtenir de l’aide de Congleton, et lorsqu’ils se sont rencontrés, ils se sont connectés intensément et instantanément, plus comme des co-conspirateurs que des collègues. « On complétait même nos phrases l’un l’autre » déclare le batteur Luke Perine. Avec la production de précision de Congleton, ils ont trouvé leur voie entre le son puissant mais trop poli de la musique d’aujourd’hui et de la réinterprétation attrayante mais vieillissante des albums punk / rock classiques des années 60 et 70. Et avec les encouragements illimités de Congleton, ils ont fait des choses que Pague Vendor n’avait jamais faites auparavant: une basse  avec effet en vagues sans fin, des éclairs de synthé, des tambours homme-machine au son inhumain et humain à la fois et même une section de cordes qui sera une surprise s’ils le font en direct !

«Nous savions que nous pouvions nous fier à lui pour nous mener aussi loin que nous le souhaitions», a déclaré Perine. Inspirée par cette opportunité, le groupe a étiré et déformé ses chansons, découvrant un sentiment impitoyable de tension et d’appréhension qui a déclenché chaque instant. (C’est leur façon de jouer en live, dit le bassiste Michael Perez: « C’est une performance: construire de l’énergie et la libérer. ») Blaine a dévoilé de nouvelles idées vocales, de nouveaux styles vocaux, de nouvelles profondeurs d’images et une intensité qui ressemble à des flash-backs de chansons pop. Si BLOODSWEAT était un cri primal, By Night serait une attaque de précision. Et Blaine déclare à ce propos, « j’avais mes munitions prêtes.

PAS DE DATE

New Comedown