Dès son plus jeune âge, dans les jupons d’une mère évangéliste, il chantait le gospel. Des années plus tard, installé à Atlanta, il a rejoint le groupe de Cee-Lo Green et s’est lié d’amitié avec les Black Lips – il joue aussi dans Night Sun avec Cole Alexander. Une certitude : Curtis Harding n’aurait pas pu faire autre chose que musicien. Et l’on s’en réjouit à l’écoute d’un premier album sorti en 2015 baptisé Soul Power. Un titre qui colle parfaitement à ce garçon aux allures de star – comme le rappellent ses accointances avec la marque Yves-Saint-Laurent et son créateur Hedi Slimane – puisqu’il excelle dans le rhythm’n’blues vintage et les chansons qui transpirent la sensualité et le groove.

Deux ans plus tard, le prodige revient frapper fort avec  son nouvel opus « Face Your Fear » paru à l’automne 2017. Mélangeant garage-rock, soul et gospel à foison, Curtis Harding continue d’ouvrir grand la porte de ses influences musicales toujours aussi riches et impressionnants.

Curtis Harding revient en 2021 avec le titre « hopeful » sorti en mai dernier.

English

Simply calling Curtis Harding a “soul man” feels reductive. Yes, his music is undoubtedly soulful and his songwriting is both evocative and provocative, but there’s more to his music than the stock imagery the label conjures. Harding’s voice conveys pain, pleasure, longing, tenderness, sadness and strength—a full gamut of emotions. Yet still, “soul man” seems too simple a description for musician like Harding, a man who has lived multiple lives as a musician, participated in different scenes, and brought all those varied sounds and experiences together to carve out his own unique niche. The culmination of his experimentation is his latest masterwork, Face Your Fear.